déc 5

Marketing 2.0 : la participation des publics

Tags:

Dans le reportage Culture Pub, j’apparais au montage juste après l’opération SNCF que je n’apprécie pas, car elle consiste d’après moi à valoriser les passions des individus mis en avant, à mon goût de façon outrancière et sans lien réel et direct avec l’apport de la marque SNCF. Du one shot avec des confettis à gogo pour emballer le tout. Quel sens derrière tout cela ? L’approche sociale (c’est la mode de montrer des vrais gens) ? Quel service rendu et valorisé auprès de la communauté d’usagers ? Si quelqu’un peut m’expliquer, je cherche toujours ce qu’on peut en retenir derrière l’effet chantilly, tarte à la crème, et surtout tarte quand même.

Culture-Pub-Lucile-Merra

En revanche, juste après est montrée l’initiative du Facepark de Diesel que je trouve très bien et dont j’ai déjà parler à maintes reprises sur le blog (Web social: entre réseaux virtuels et culture “réelle” sous influences et ici Diesel monte d’un cran). Vous allez croire qu’à force de parler de Diesel, j’ai des actions et intérêts chez eux, pour tout vous dire, je ne suis même pas cliente. En revanche, il s’agit d’une des marques dont l’approche en community management me semble des plus pertinentes, créatives, et tendances, et forcément je ne peux qu’y être sensible. De la même manière qu’Ikea, dans une autre chose, que j’utilise en case study auprès de mes étudiants et dont j’ai appris au dernier Trend Observer d’Ipsos qu’elle était la marque préférée des Français (il n’y pas de grand hasard).

Diesel comme Ikea sont des marques qui ont compris qu’une approche de community management en s’appuyant sur les ressorts du « social media » n’est PAS et NE PEUT exister qu’en ONLINE et qu’il est nécessaire de créer du lien entre le on et off. Rééchanter le quotidien, descendre dans la rue, se réapproprier les codes de l’urban style et les détourner pour jouer la connivence et être plus proche des gens. Créer des « stupid events » qui proposent une expérience de marque qui réveillent l’individu 2.0 qui sommeillent en nous, c’est miser sur le « social » et les gens, pour les transformer en propres médias et relais du message de la marque.

Opération de Guerilla à Paris by Diesel

Défi « stupid » – Genève – Italie

Défi « stupid » – San Remo – Italie

L’expérience du social shopping by Diesel

“Come in and be stupid on TV” sur 5th avenue à NYC filme les passants et les invite à se filmer. Les vidéos faites sont diffusées en boucle au magasin, 100% égo assuré ; )

diesel-nyc-shopper'-experience

Et pour finir avec des choses moins « stupides » (qui, que l’on aime ou pas, collent parfaitement avec l’esprit de la marque), on vous propose de voir ou revoir l’initiative de Tropicana qui clôture l’émission, dans son intégralité. Simple, juste et belle, une idée poétique qui rappelle que pour plaire et interpeller, il n’est pas nécessaire de miser sur de la provoc’ ou descendre en dessous de la ceinture.