oct 13

Who is an influenceur?

Tags:

Aujourd’hui, tout le monde se rêve influenceur, parce qu’il est un peu suivi sur Twitter, et qu’on rigole à ses blagues par RT de Lol, je caricature, mais on n’en est pas loin. Or un influenceur, c’est autre chose, et comme le BUZZ, on en vient toujours au même point de départ qui fait la différence, et ce sur quoi, tout repose, l’IDÉE. Avant de parler de POUVOIR D’INFLUENCE et de capacité à transmettre et diffuser un message, c’est sur la nature innovante et étonnante d’un message ou d’une idée que repose l’influence et la force de la pensée alternative. C’est par elle qu’une modification sur une perception, une croyance établie, un préjugé, pourra être espérée. Alors qui sont ceux qui incitent à un changement d’attitudes ou de comportements et qui initient un mouvement pour être suivis ? Quelques mots clé pour approcher ceux qui créent les tendances ou les impulsent : culture, univers, créativité, talents, idées, agitations, observations, visions, convictions, une certaine affirmation de soi, qui fait la différence et peut influencer ! La nouveauté vient rarement des conventionnels, mais de ceux qui sont capables de partager un regard nouveau. Pour ceux qui ne l’ont pas encore vus, cette vidéo, postée il y a quelques jours, sur la fenêtre du blog, en dit plus long.

INFLUENCERS TRAILER FR VERSION from R+I creative on Vimeo.

TENDANCES OR NOT ?

À la question passionnante de savoir comment nait et émerge une tendance, nous n’avons pas de réponse toute faite, sinon, ce serait tellement simple, que cela ne serait pas tendance ! En revanche, quelques ficelles, sensibilités et curiosités pour les voir venir. Une tendance plane dans l’air du temps, souvent de façon confidentielle dans un premier temps, cadre dans lequel elle peut rester et être partagée auprès d’un petit cercle « d’initiés », « d’avertis » ou alors se répandre, de façon plus contagieuse à d’autres cercles. Notamment lorsqu’elle est détectée par des contemplateurs qui s’en emparent et la propulsent, ou d’autres imitateurs qui se l’approprient tour à tour, au point de l’entrainer doucement mais sûrement, vers le tourbillon du mainstream.

C’est comme une effluve qui se diffuse, invisible, on la sent, on la hume, elle creuse son sillage avec le temps, puis disparaît pour renaître et être remis au goût du jour, recyclé dans un autre « temps de mode », ici ou ailleurs. La tendance est reine, dans une société atteinte de « néomanie », appellation qu’utilise Colin Campbell pour désigner la passion pour le « nouveau ». Une société de tendances pour une société de consommation assoiffée de zapping, de buzz, de multitudes de désirs à assouvir… vite, maintenant, tout de suite ! Confidentielles ou mainstream, lourdes, éphémères, pleines de sens ou de légèreté, elles flottent et sont latentes. En les adoptant et les suivant, nous choisissons ou subissons ce qui fera demain.

Derrière le fantasme de prophétie auto-réalisatrice, c’est souvent à partir d’une idée singulière, incongrue, qui sort des sentiers battus et va à l’encontre des courants de pensées dominants que naissent les nouveaux mouvements, tendances lourdes, changements, évolutions, réalités, révolutions. Et celles-ci sont initiées par des « marginaux », adoptées et revendiquées par des minorités actives, des gens qui pensent différemment, des influenceurs, qui en changeant de perspectives, d’angles de vues, de méthodes, de visions et en invitant d’autres à le faire, modifient le cadre et initient un mouvement, ou en tout cas, une réflexion… Déranger, c’est plutôt un bon signe pour insuffler du changement !